MESSAGE DE LA PRÉSIDENCE DE L’INTERRÉGION

    Sur le chemin de l’alliance

    On the Covenant Pathway

    « Chaque porte est un point d’entrée symbolique pour l’alliance qui y est associée et marque les progrès que nous avons accomplis au cours de notre voyage spirituel. La Sainte-Cène nous offre l’occasion de « retourner » à chaque porte toutes les semaines en renouvelant nos alliances. »

    Le baptême constitue notre première alliance à mesure que nous avançons dans la vie en tant que disciples de Jésus-Christ. La première ordonnance nous met dans une relation d’alliance personnelle avec le Père, rendue possible par son amour et sa grâce à travers le sacrifice expiatoire de son Fils unique Jésus-Christ. Par notre obéissance à garder les alliances de l’Évangile, le Père nous promet la vie éternelle, y compris la paix et la joie durables dans cette vie.

    Les conditions de toutes les alliances régissent deux relations essentielles pour l’accomplissement de ces promesses. La première est la relation avec le Père et Jésus-Christ, notre Sauveur et Rédempteur. La deuxième est la relation avec nos semblables, hommes et femmes, qui ont déjà vécus, vivent actuellement, ou vivront sur terre.

    Jésus a enseigné qu’il y a en fin de compte seulement deux commandements : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes »[i]. Toutes les alliances de l’Évangile témoignent de ces deux grands commandements. Tous deux sont fondés sur l’amour.

    Néphi a enseigné que dès que vous faites votre première alliance, « alors, vous êtes sur ce sentier étroit et resserré qui conduit à la vie éternelle ; oui, vous êtes entrés par la porte »[ii]. Le sentier étroit et resserré ressemble plus à un Liahona[iii], un compas montrant la direction que nous devons prendre pour éventuellement obtenir la bénédiction de la vie éternelle dans la présence du Père. Il ressemble moins à un sentier dégagé sur lequel nous marchons tout simplement afin d’avancer dans notre voyage éternel. Tandis que le Liahona nous montre où nous devons aller, un Père céleste aimant, qui veut que nous progressions, laisse parfois à chacun de nous de dégager la voie devant nous.

    Néphi dresse un tableau pour nous lorsqu’il dit : « Car la porte par laquelle vous devez entrer est le repentir et le baptême d’eau ; et ensuite vient le pardon de vos péchés par le feu et par le Saint-Esprit. Et alors, vous êtes sur ce sentier étroit et resserré qui conduit à la vie éternelle »[iv]. D’autres ordonnances, y compris l’ordination à la prêtrise et toutes les ordonnances du temple, peuvent être comparées aux portes supplémentaires le long du chemin pendant que nous progressons vers le Père céleste. 

    À part la Sainte-Cène, chaque porte est un point d’entrée symbolique pour l’alliance qui y est associée et marque les progrès que nous avons accomplis au cours de notre voyage spirituel. La Sainte-Cène nous offre l’occasion de « retourner » à chaque porte toutes les semaines en renouvelant nos alliances, réaffirmant ainsi notre engagement à remplir toutes les obligations que nous avons acceptées en récompense des bénédictions promises.

    Entre chaque porte et chaque « retour », nous nous heurtons à l’opposition de l’adversaire. De plus, il est requis que nous remplissions les devoirs de notre alliance. Nous dégageons notre sentier lorsque nous nous efforçons de vaincre l’opposition, et de nous acquitter des responsabilités de nos alliances. 

    Chaque fois que nous nous qualifions pour franchir une porte le long du sentier, nous satisfaisons au premier grand commandement, et avons droit aux bénédictions dont nous avons besoin pour nous aider lorsque nous avançons vers la porte suivante. En réponse à notre désir et prière, le Père céleste nous donne le pouvoir, par la grâce de son Fils, de vaincre l’opposition, et de garder nos alliances. Nous ne pourrions jamais nous qualifier pour la vie éternelle en ne comptant que sur notre propre capacité.

    D’autres voyageurs, des enfants de Dieu comme nous-mêmes, nos frères et sœurs, avancent aussi. Pour certains, à cause de mauvais choix faits précédemment, leur Liahona ne fonctionne plus, et ils s’égarent dans « des sentiers interdits »[v]. D’autres encore ignorent qu’il y a un Dieu, ou rejettent cette notion, écartant la réalité de l’existence de Dieu chaque fois qu’elle entre en contradiction avec leur propre sagesse mondaine.

    De tout cela, notre prophète vivant, le président Russell M. Nelson, a lancé un appel vibrant à tous les membres de l’Église rétablie du Seigneur lors de la conférence générale en avril de cette année : 

    ‹‹ Nous nous concentrerons sur le service pastoral inspiré auprès des individus et familles… La tâche que le Seigneur nous donne est décrite à la section 20 des Doctrine et Alliances. Là on nous instruit de « rendre visite à chaque membre, l’exhortant à prier à haute voix et en secret et à remplir tous ses devoirs de famille » et « de toujours veiller sur les membres de l’Église, et d’être avec eux et de les fortifier »[vi]

    L’appel du président Nelson a résonné dans le monde entier.

    Sœur Sitati et moi nous nous réjouissons de l’occasion de nous joindre à vous mes frères et sœurs dans cette formidable interrégion, à ce stade critique de notre périple de disciples, dans l’histoire de l’Église du Seigneur.

    Puissions-nous ensemble répondre à l’appel de notre prophète avec un dévouement particulier. Notre perspective dans cette interrégion est grande. Grande aussi sera notre capacité, lorsque nous nous lèverons pour soutenir le président Nelson dans cette grande cause, et recevrons le pouvoir fortifiant de la miséricorde, de la grâce et du pardon du Sauveur par le Saint-Esprit.

    Je prie que le Seigneur donne à chacun de nous le désir de faire notre part, d’obéir au deuxième grand commandement, afin que nous puissions aider à guider nombreux de nos frères et sœurs vers la porte suivante sur leur sentier, afin qu’ils puissent obéir au premier grand commandement, et qu’ensemble, nous puissions toujours avoir le pouvoir de poursuivre notre voyage spirituel éternel pendant que nous édifions le royaume de Dieu sur terre.

    La promesse du Seigneur au bout de notre sentier étroit et resserré est certaine : « C’est bien, bon et fidèle serviteur… entre dans la joie de ton maître »[vii].

    [i] Matthieu 22:37-40

    [ii] 2 Néphi 31:18

    [iii] 1 Néphi 16:10

    [iv] 2 Néphi 31:17-18

    [v] 1 Néphi 8:28

    [vi] Russell M. Nelson, Formation des autorités générales, avril 2018

    [vii] Matthieu 25:21